BOIS DE CUMARU

Dipteryx odorata
FR bois de cumaru
Origine

Le bois de cumaru ou bois de choiba, provient d’un arbre de la famille des Fabaceae. Il est originaire d’Amérique Centrale et du nord de l’Amazonie. Sa culture s’étend du Nicaragua et Costa Rica au Panama, et plus spécialement en Colombie.

 

Couleur

L’aubier du bois de cumaru est d’une couleur blanc jaunâtre tandis que le duramen présente une tonalité brun rougeâtre avec de fines veines sombres, en offrant un contraste important. Lorsque le bois est sec, les couches superficielles deviennent blanches rosées et l’intérieur marron rougeâtre.

 

Texture

Le bois de cumaru est très dur et lourd. Le grain est moyen et le fil entrecroisé mais bien défini, avec des arcs et des bandes visibles.

 

Durabilité

Le bois de cumaru est d’une qualité exceptionnelle avec une très bonne durabilité. Ce bois ne nécessite pas de traitement de préservation, puisqu’il est très résistant au climat, à l’excès d’humidité, aux insectes et aux infestations, ce qui le rend parfait pour des planchers d’extérieur.

 

Caractéristiques

L’entretien des surfaces en bois de cumaru est l’un des plus simples, puisqu’un seul vernissage d’huile suffit pour les conserver parfaites pendant des années. Le séchage est cependant lent et doit être mené prudemment et lentement. Le bois de cumaru est difficile à travailler à cause de sa dureté, son grain entrecroisé et son contenu élevé en silice. Il est donc conseillé d’utiliser des outils adéquats au carbure de tungstène pour l’usinage et pour le travail artisanal. Quant au clouage et au vissage, des avant-trous sont nécessaires.

 

Utilisations

Les applications les plus habituelles du bois de cumaru sont pour la construction navale, planchers extérieurs, menuiserie extérieure et intérieure, portes, escaliers, revêtements, moulures, plinthes, frises et surtout parquet, ossatures, plaques décoratives, tonneaux et même construction de structures pour ponts, voies ferrées, traverses, colonnes et structures sportives ou pour la minerie.